Anglais

la latéralité

La latéralité est « l’asymétrie fonctionnelle du corps entre la droite et la gauche ou de part et d’autre de l’axe corporel » (J. Solin). Cette asymétrie ne s’observe pas seulement sur le plan fonctionnel. Elle se voit également sur le plan morphologique (un bras plus développé et plus musclé que l’autre, etc.).

La latéralisation d’un segment est plus ou moins forte selon chacun. Pour la main, par exemple, on est franchement droitier ou gaucher quand pour toutes les activités on utilise de préférence la même main, droite ou gauche. On est plus ou moins fortement latéralisé (voire « mal »latéralisé) lorsqu’on change plus ou moins souvent de main selon la tâche à accomplir (par exemple, on joue et on écrit de la main droite mais on lance de la main gauche, on peut comme Rafaël Nadal écrire de la main droite et jouer de la main gauche).

La latéralisation de tous les segments s’achève à 13 ans. 

SES AVANTAGES

On peut voir dans le phénomène de latéralisation une adaptation « intelligente » du corps à son appréhension du monde extérieur.
Tout d’abord, elle fait le plus souvent gagner du temps. Vous ne vous demandez pas pour la plupart des tâches quelle main utiliser, quel pied soulever, etc. Vous le faites sans y penser, en fonction de votre latéralité.
De plus, elle vous rend plus habile et plus efficace dans la tâche que vous accomplissez.
Elle vous fait aussi mieux maîtriser votre corps et ce qui l’entoure : vous pouvez vous orienter et vous situer dans l’espace, concevoir des ensembles structurés, avoir des repères fiables. 

Ses inconvénients 

Elle peut cependant engendrer des difficultés d’adaptation et de rendement dans certaines tâches qui sollicitent le côté non dominant. Les gauchers (manuels) en savent quelque chose, qui pendant longtemps ont été contraints d’écrire de la main droite et pour lesquels certains instruments ou certains aménagements n’étaient pas adaptés.
Dans la pratique sportive, il existe des typologies de latéralisation pas toujours compatibles avec les gestes enseignés ou certains paramètres biomécaniques. Être gaucher de l’œil et viser avec cet œil lorsqu’on tient un pistolet de la main droite n’est pas toujours chose facile. Exiger de ses mains la même efficacité quand on fait du basket ou de la boxe, de ses jambes la même qualité d’équilibre quand on fait de la danse ou de la gymnastique artistique est une gageure. Mais heureusement, lorsque c’est nécessaire, les segments non dominants (hormis l’œil) peuvent devenir plus performants grâce à un apprentissage spécifique.

Différents types de latéralisation 

La latéralisation des segments est :

  • homogène si tous les segments sont latéralisés du même côté de l’axe corporel : on tient par exemple sa raquette de la main droite, on vise avec l’œil droit, on shoote du pied droit, etc…. (On est entièrement droitier ou gaucher).
  •  
  • croisée si les segments sont latéralisés de part et d’autre de l’axe corporel : on tient la raquette de la main droite, on vise avec l’œil gauche, on shoote avec le pied gauche, etc… Contrairement à ce que l’on pourrait croire, une latéralisation croisée n’est pas moins favorable qu’une latéralisation homogène. Parfois même, c’est un réel plus pour le joueur ou la joueuse. Tout dépend du geste à effectuer et de la manière dont on « gère » sa latéralité.